Actualités

EDF, IFC et la République du Cameroun signent les accords engageants et définitifs pour la construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal au Cameroun

Publié le 08/11/2018

Le 8 novembre 2018, EDF, un des leaders mondiaux de l’électricité, IFC, membre du groupe Banque mondiale et l’Etat du Cameroun ont signé les accords engageants et définitifs portant sur la construction de l’aménagement hydroélectrique de Nachtigal.

Le projet Nachtigal consiste à concevoir, à construire et à exploiter pendant 35 ans un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes de Nachtigal, situées à 65 km au Nord-Est de Yaoundé. Il comprend aussi la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom. Le projet est porté par la société NHPC (Nachtigal Hydro Power Company), constituée aujourd’hui par EDF (40%), IFC (30%) et l’Etat du Cameroun (30%).

Pierre angulaire du plan stratégique camerounais pour le développement du secteur de l’électricité, Nachtigal constitue une priorité nationale pour sécuriser le système électrique du Cameroun. L’ouvrage couvrira 30% des besoins énergétiques du pays, soit une production annuelle de près de 3 TWh. L’électricité produite par le barrage de Nachtigal sera vendue à l’opérateur du réseau via un Power Purchase Agreement (PPA) à un prix compétitif, au bénéfice des consommateurs camerounais. Le projet générera d’importantes retombées économiques : jusqu’à 1500 emplois directs au plus fort du chantier, dont 65% d’emplois locaux recrutés dans un rayon de 65 km autour du site de construction.

Cette signature marque la conclusion de l’ensemble des accords et contrats clés liés à la construction, à l’exploitation et au financement de l’ouvrage. Ce jalon a pu être atteint grâce à la complémentarité de compétences des trois actionnaires : l’expertise reconnue d’EDF en matière de développement de projets hydroélectriques d’envergure, le savoir-faire d’IFC dans la structuration de grands projets d’infrastructure dans les pays émergents, et le soutien actif du gouvernement du Cameroun dans le développement de ce projet stratégique pour le pays. Le coût global du projet s’élève à 1,2 milliard d’euros. Il est financé pour près d’un quart sur les fonds propres des actionnaires au prorata de leur participation au projet, et pour le reste par des prêteurs. Coordonné par IFC, le groupe de prêteurs comprend 11 institutions de développement internationales et 4 banques commerciales locales. IFC a apporté son soutien dès les premières étapes du projet via IFC InfraVentures et a assuré la coordination globale du financement. Nachtigal sera le plus important projet hydroélectrique sur le continent africain développé en financement de projet (schéma qui a déjà fait ses preuves dans le secteur des énergies renouvelables) et le plus grand projet hydroélectrique soutenu par le groupe Banque Mondiale en Afrique.

Avec 430 ouvrages hydroélectriques dans le monde, le groupe EDF s’engage à appliquer les meilleurs standards en matière de sûreté et de responsabilité sociale et environnementale. Aussi, la construction du barrage s’accompagnera d’un programme de développement socio-économique pour la région concernée, construit autour des initiatives identifiées dans le cadre des consultations avec les parties prenantes locales. Dans ce cadre, EDF s’appuiera en particulier sur l’expérience d’accompagnement socio-économique autour du barrage de Nam Theun 2 au Laos, récemment reconnue par des experts indépendants.
Le début de la construction interviendra avant la fin 2018, à l’issue du closing financier.

Jean-Bernard Lévy, Président Directeur Général d’EDF a déclaré « Nous sommes fiers que le Cameroun reconnaisse le savoir-faire d’EDF en tant qu’hydraulicien de référence, en nous confiant la réalisation d’un projet bas carbone, structurant pour le pays et respectueux des meilleures standards en matière de responsabilité sociétale et environnementale. La signature de ces accords renforce la position du Groupe en Afrique, continent sur lequel nous sommes présents depuis plus de 50 ans et qui revêt une importance stratégique pour notre développement. Le projet Nachtigal participe à deux objectifs clés de notre stratégie Cap 2030 : tripler nos activités en dehors de l’Europe et doubler nos capacités renouvelables dans le monde à l’horizon 2030 ».

Marianne Laigneau, Directeur exécutif d’EDF en charge de la Direction Internationale :  "It's the first of its kind (in Africa) for EDF to have all these industrial roles together: to design, negotiate, piloting the project, building, operating and maintenance."

Valérie Levkov, Directrice Afrique et Moyen-Orient d’EDF a déclaré : « Avec la signature du projet Nachtigal, EDF écrit une nouvelle page de son histoire en Afrique. Cette étape majeure a pu être franchie notamment grâce à la complémentarité de nos équipes du CIH et de la DI, qui - au delà de leurs expertises techniques reconnues - ont su faire preuve d’une énergie et d’un engagement permanents.»

Cameroun : le Groupe AFD signe un financement de 150 millions d’euros pour la construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal

Publié le 08/11/2018

Proparco a signé aujourd’hui, au nom du Groupe AFD, un prêt de 150 M€ à Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) afin de financer la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance d'une centrale hydroélectrique au fil de l'eau de 420MW sur le site de Nachtigal, au Cameroun. Cette centrale permettra de fournir à terme près de 30 % de la production d’électricité du pays.

Tirer parti du potentiel hydraulique du pays :
Pour faire face à la pénurie d’électricité qui pèse sur le Cameroun depuis plusieurs années, le pays doit recourir à des contrats de production d’urgence très coûteux. La demande en électricité augmente en moyenne de 7% par an et devrait continuer à augmenter. L’insuffisance de la production contraste avec l’immense potentiel hydroélectrique du pays, exploité aujourd’hui à hauteur de 5%. Le bassin de la Sanaga constitue le plus grand potentiel hydroélectrique du pays. Le projet Nachtigal se situe donc sur la rivière Sanaga, à 65 km au nord-est de Yaoundé. Il comprend la conception, la construction, l'entretien, l'exploitation et la maintenance pendant 35 ans d'un barrage au fil de l’eau et de la centrale hydroélectrique de 420MW associée. Le projet intègre également les lignes de transmission et des postes de transformation nécessaires à l’évacuation de l’électricité jusqu’au poste de transformation de Nyom 2, au nord de Yaoundé. Ce projet hydraulique est un jalon clé du Plan de Développement du Secteur de l’Electricité élaboré en 2014 par le gouvernement du Cameroun avec le soutien de la Banque mondiale. Il constitue à ce jour l’option la moins coûteuse pour répondre à la forte croissance des besoins en électricité du pays et ayant le moins d’impacts environnementaux et sociaux. La centrale de Nachtigal produira de façon stable et fiable de l’électricité puisqu’elle bénéficiera de la régulation du débit de la Sanaga favorisée par les réservoirs en amont de Mbakaou et de Lom Pangar, co-financés par l’AFD, qui permettent d’assurer un débit suffisant, même en période de saison sèche.
À sa mise en service en 2023, la centrale produira plus de 2 900 GWh/an, soit près de 30 % de la production d'électricité du pays.

Une infrastructure stratégique pour le Cameroun :
La centrale de Nachtigal permettra d’améliorer et de sécuriser l’accès à l’électricité des populations tout en contribuant à la transition bas carbone du pays. Le projet permettra également de diminuer le coût moyen de production de l’électricité dans le pays, sans alourdir significativement l’endettement de l’Etat, grâce au recours à un partenariat public privé permettant de mobiliser des capitaux privés. Enfin, l'augmentation des capacités de production d'électricité du pays permettra au Cameroun de devenir exportateur d'électricité dans la sous-région à moyen/long terme.

Des bailleurs européens coordonnés par Proparco.
Le projet est développé par le gouvernement du Cameroun, EDF International et la SFI, à travers une SPV dédiée, Nachtigal Hydro Power Company S.A. (“NHPC”). L’électricité produite par la centrale sera intégralement achetée par ENEO, la société de production et distribution nationale, partenaire de Proparco depuis 2006. Le coût total du projet est estimé à 1,26 milliard d’euros. Il sera financé à 24 % par des capitaux propres et à 76% par de la dette sénior. Celle-ci est portée à 15% par des prêts de banques locales garantis par la Banque mondiale et à 61% par des prêts d’institutions de financement du développement, dont l’AFD (90M€) et Proparco (60M€). Proparco a mené les négociations de l'opération pour le compte de l'AFD, de la DEG (35 M€) et du FMO (30 M€) dans le cadre de leur facilité de cofinancement. En complément des institutions bilatérales européennes emmenées par Proparco, le reste de la dette émanant d’autres institutions de développement est apporté par l’AFC, la BAD, la BEI, CDC, EAIF, OFID, et la SFI.
 
Source : AFD - Agence Française de Développement.
Contact presse : Florence Priolet - + 33 1 53 44 47 32 - presse@proparco.fr

 

BBOXX et EDF s’associent pour développer des solutions d’accès à l’électricité « off-grid » au Togo

Publié le 26/10/2018

  • EDF devient coactionnaire de BBOXX Togo en prenant une participation de 50%
  • L’association des deux entreprises accélère le déploiement du plan d’électrification piloté par le gouvernement togolais
  • Le partenariat de BBOXX et EDF marque le début d’une collaboration qui pourra s’étendre à d’autres pays africains

Le vendredi 26 octobre 2018, BBOXX, énergéticien « nouvelle génération » et EDF, premier électricien mondial, ont signé un accord pour développer et commercialiser ensemble des solutions d’accès à l’électricité «off-grid » sur le marché togolais. L’accord a été signé à Lomé, en présence du Président de la République togolaise, son excellence Monsieur Faure Gnassignabé.
Les offres portées désormais par BBOXX et EDF représentent une solution à la fois fiable, abordable et sans CO2 pour contribuer au programme gouvernemental d’électrification par kits solaires individuels off-grid, dénommé CIZO, et qui a pour ambition d’alimenter plus de 500 000 foyers avant 2030.

L’expertise des leaders du marché off-grid en Afrique

BBOXX est présent sur le marché togolais depuis décembre 2017. Partenaire clé du programme CIZO, BBOXX a déjà fourni de l’électricité à 26 000 togolais. L’entreprise a ouvert une vingtaine de boutiques et emploie une centaine de personnes. Les kits solaires de BBOXX comprennent des panneaux solaires faciles à installer adossés à des batteries permettant de stocker l’électricité, et payables par simple utilisation d’un téléphone portables. Ces kits permettent de s’éclairer et d’alimenter un ensemble d’appareils domestiques basse consommation tels qu’une télévision, une radio, un ventilateur ou encore un chargeur de téléphone portable.

Aux termes de l’accord, EDF prend une participation de 50% dans BBOXX Togo. Outre l’investissement qui permettra d’accélérer le déploiement des kits solaires, le groupe EDF apportera aussi son expertise technique notamment pour améliorer la performance des batteries. Le groupe EDF développe activement cette expertise dans le cadre de son Plan Stockage Electrique, visant à développer 10 GW de capacités de stockage dans le monde à l’horizon 2035. En outre, le groupe testera et certifiera les matériels via sa R&D.
EDF apportera aussi à la co-entreprise son réseau commercial et son expérience de développement de solutions off-grid dans plusieurs pays africains. Leader en Côte d’Ivoire et récemment entré au Ghana, le groupe EDF s’est aussi lancé sur le marché de solutions d’irrigation par pompe solaire pour agriculteurs au Kenya.

Les deux partenaires visent une part de marché de l’ordre de 35% au Togo avant 2024 et envisagent d’élargir leur collaboration à d’autres pays africains.

Mansoor Hamayoun, Président-Directeur Général et co-fondateur de BBOXX a déclaré : « L’accord avec EDF représente la première pierre d’un partenariat fort et stratégique. Il nous permettra de collaborer étroitement pour fournir des solutions énergétiques intelligentes et durables, ainsi que des services à forte valeur ajoutée à des zones déconnectées des réseaux. La coopération avec des leaders mondiaux comme EDF illustre notre ambition de changer d’échelle, mobiliser des investisseurs, et stimuler le développement économique au sein des communautés parmi les moins développées du monde ».

Valérie Levkov, Directrice Afrique et Moyen-Orient d’EDF a déclaré : «En s’associant avec BBOXX au Togo, le groupe EDF franchit une nouvelle étape dans le développement de ses activités off-grid en Afrique, un développement qui ne cesse de s’accélérer depuis le lancement de notre filiale Ivoirienne Zeci il y a moins de 2 ans. Nous sommes fiers de collaborer avec un partenaire comme BBOXX qui partage notre engagement en faveur des énergies bas carbone. Le partenariat qui nous venons d’engager s’inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie CAP 2030 d’EDF visant notamment à tripler nos activités en dehors de l’Europe. »

EDF et GIBB s’associent dans GIBB Power, société d’ingénierie spécialisée dans l’énergie.

Publié le 08/10/2018

Le 8 octobre 2018, EDF, leader mondial de l’électricité, et GIBB, acteur majeur du secteur de l’ingénierie en Afrique ont signé les accords d’investissement d’EDF dans GIBB Power, société d’ingénierie de Gibb Engineering and Architecture spécialisée dans le domaine de l’énergie.

En capitalisant sur les compétences de la branche énergie de GIBB et sur l’expertise multi-métier d’EDF, la société GIBB Power (70% GIBB, 30% EDF) ambitionne de devenir une plateforme d’ingénierie de référence, spécialisée dans l’accompagnement des projets énergétiques répondant aux enjeux de la transition énergétique en Afrique.
L’Afrique sub-saharienne fait face à une croissance de ses besoins énergétiques couplée à la nécessité de réduire ses émissions de CO2. Pour accompagner ces évolutions, le groupe EDF et GIBB ont décidé de coopérer dans plusieurs domaines d’ingénierie, aussi bien pour des acteurs publics que privés :
  • Ingénierie thermique, notamment dans la perspective de déconstruction de centrales à charbon en Afrique du Sud : la politique énergétique du pays prévoit la fermeture de 12 GW de centrales à charbon d’ici 2030.
  • Hydraulique, pour accompagner des projets hydroélectriques notamment en Zambie et au Mozambique dont le potentiel hydroélectrique représente une ressource énergétique clé pour les pays de la communauté de développement d’Afrique australe (CDAA).
  • De réseaux électriques de transport et de distribution, afin de faciliter l’intégration des énergies renouvelables, moderniser et développer les réseaux électriques urbains ainsi que les interconnexions entre les pays.
  • Du solaire et de l’éolien pour accompagner le développement rapide de ces énergies en Afrique.
La nouvelle société s’appuiera sur l’expertise des centres d’ingénierie d’EDF couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur des projets énergétiques, ainsi que sur les filiales d’EDF déjà présentes en Afrique du Sud dans les domaines du Renouvelable, de l’Électrification Rurale et du développement de projet. GIBB dispose d’une maîtrise confirmée et d’une expérience de 60 ans dans la conception, la planification et le management de projets d’infrastructure dans différents secteurs dont l’eau, l’énergie et les transports. Historiquement ancrée en Afrique du Sud (son premier marché), GIBB est présent dans plusieurs pays du continent.
Présente en Afrique du Sud depuis 40 ans, EDF est un acteur connu et reconnu localement aussi bien par sa coopération historique avec ESKOM et les municipalités que par son investissement dans des projets éoliens et dans l’électrification rurale. Grâce à la complémentarité de leur savoir-faire, EDF et GIBB visent à multiplier par 4 leur activité dans les services d’ingénierie dans la région. Au-delà, GIBB Power permettra au groupe EDF d’identifier, de cribler et de développer de nouveaux projets en Afrique.

Valérie Levkov, Directrice Afrique, Moyen Orient et Méditerranée Orientale d’EDF a déclaré : « Notre investissement dans GIBB Power sera un catalyseur pour le développement d’EDF en Afrique australe via des projets Bas Carbone cohérents avec la stratégie Cap 2030 d’EDF. Nous sommes fiers d’accompagner l’Afrique du Sud et plus globalement l’Afrique australe dans ses défis énergétiques et ce avec un partenaire de confiance et de référence dans la région. »
Richard Vries, Group Chief Executive of GIBB Holdings « Par le passé, GIBB et EDF ont déjà été partenaires dans plusieurs projets majeurs. Aussi, l’investissement d’EDF dans Gibb Power est une suite logique de la relation des deux entreprises. GIBB Power est désormais bien positionné pour offrir à ses clients des solutions de pointe grâce à son large spectre de compétences couvrant toute la chaîne de valeur de l’énergie ».

EDF accélère sur le marché Off-Grid en Afrique en misant sur une nouvelle offre et les compétences locales

Publié le 16/07/2018

Le lundi 16 juillet, le groupe EDF a annoncé le lancement de deux collaborations majeures visant à élargir sa gamme de solutions Off-Grid et développer les compétences locales dans le domaine de l’installation des kits solaires hors-réseau.
 
EDF et SUNCULTURE explorent un nouveau segment du marché Off-Grid : le pompage solaire pour les petits agriculteurs.
 
Le groupe EDF prend une participation* dans la start-up kenyane SunCulture, concepteur et commercialisateur de pompes solaires à coût compétitif et de systèmes d’irrigation sur-mesure accompagnés de services d’entretien pour les petits exploitants agricoles. « Rain Maker », le produit phare de SunCulture, est une solution de pompage solaire à la fois connectée, innovante, mobile, facile d’utilisation et économe en eau et en engrais. Conçue spécialement pour les exploitations agricoles de petite taille sans accès au réseau électrique, la solution constitue une alternative Bas Carbone au pompage essence ou manuel et offre aux utilisateurs des gains de productivité ainsi que des revenus supplémentaires.
EDF accompagnera SunCulture dans le déploiement à grande échelle de son offre au Kenya et en Afrique de l’Ouest. A terme, l’objectif d’EDF est de soutenir SunCulture dans sa croissance en tant qu’actionnaire industriel de référence. Dans cette optique, EDF a investi dans des obligations convertibles en actions émises par SunCulture.
EDF apportera à SunCulture son expérience opérationnelle dans la commercialisation et l’installation des solutions Off-Grid ainsi que sa connaissance des marchés de l’Afrique centrale et de l’Ouest. SunCulture  bénéficiera aussi de l’expertise technique de la R&D d’EDF notamment pour valider ses choix techniques et faire évoluer ses produits. EDF apportera aussi des solutions de financements des kits de pompage solaire pour les agriculteurs.
 
Avec cet accord, EDF enrichit sa gamme d’offres Off-Grid et investit un nouveau segment de marché à fort potentiel. En effet, 60% des terres arables en Afrique ne sont pas cultivées et seulement 6% sont aujourd’hui irriguées.  EDF et Energy Generation s’engagent pour la formation des femmes aux métiers d’installation et de maintenance de systèmes solaires Off-Grid.
 
En parallèle, EDF signe un partenariat avec l’organisation panafricaine Energy Generation qui œuvre à l’électrification des zones rurales en Afrique sub-saharienne à travers la formation de jeunes à l’entreprenariat et aux métiers de l’énergie. Le partenariat porte sur le programme intitulé « Femmes et entrepreneuriat solaire » dont l’objectif est la formation de femmes aux techniques d’installation et de maintenance de systèmes solaires Off-Grid ainsi qu’aux aspects liés à l’entrepreneuriat dans ce domaine. 
Grâce à son expérience de déploiement des solutions Off-Grid, EDF contribuera à la construction des modules de formation. Energy Generation en assurera la mise en œuvre au sein de centres de formation dédiés aux métiers de l’énergie. La première phase du programme prévoit la formation d’une centaine de femmes d’ici à fin 2019, réparties sur le Togo, la Côte d’Ivoire et le Ghana.
 
Fondée en 2016 et basée à Lomé (Togo) par la jeune entrepreneure Astria Fataki, Energy Generation est déjà partenaire d’EDF dans le cadre du Concours EDF Pulse Africa, visant à révéler et accompagner les innovateurs africains au service du développement énergétique du continent (pour plus d’informations : https://africa-pulse.edf.com)
 
Marianne Laigneau, Directeur Exécutif Groupe en charge de la Direction internationale a déclaré :
« Ces deux nouvelles collaborations illustrent l’esprit dans lequel EDF développe ses activités en Afrique : en collaboration avec des acteurs locaux et en cherchant systématiquement à ce que nos projets bénéficient au tissu économique des pays dans lesquels le Groupe s’implante. Après le déploiement commercial à grande échelle de Zeci et le lancement récent de Zegha, nous préparons aujourd’hui l’élargissement de notre gamme Off-Grid à de nouveaux segments, à commencer par celui des petits agriculteurs. »
 
Samir Ibrahim, Directeur General et co-fondateur de SunCulture a déclaré :
« L’engagement d’EDF à travailler avec des entreprises locales pour des effets durables marque un tournant dans la façon dont les mutlinationales se développent en Afrique. Nous nous réjouissons de ce partenariat qui nous donne l’opportunité de travailler avec EDF à l’amélioration de la productivité de petites exploitations agricoles en Afrique »
 
Astria Fataki, Présidente d’Energy Generation, a déclaré :
« Nous sommes particulièrement heureux de ce partenariat avec EDF qui s’inscrit parfaitement dans la réalisation de notre mission et de notre vision. Grâce à cette formation, une centaine de femmes au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire seront formées à un métier d’avenir leur assurant de meilleures perspectives économiques, mais aussi et surtout, elles seront formées à être des actrices à part entière de la transition énergique de leur pays »
 
EDF, acteur majeur de l’Off-Grid en Afrique :
Les marchés africains sont d’importants relais de croissance, avec un essor économique et démographique sans pareil qui se traduit par des besoins croissants en énergie.
62% de la population d’Afrique sub-saharienne vit en zone rurale avec un accès limité au réseau électrique soit 600 millions d’Africains. L’Off-Grid est une solution innovante et complémentaire aux réseaux traditionnels pour répondre aux enjeux énergétiques de l’Afrique.
Aujourd’hui, EDF commercialise des kits Off-Grid à usage domestique dans deux pays africains :
•    En Côte d’ivoire via Zeci, la co-entreprise fondée par EDF et la start-up américaine OGE. Zeci est leader sur le marché ivoirien et emploie plus de 400 salariés locaux dans la vente et la maintenance des kits solaires. A peine un an après son lancement, Zeci  comptait déjà 10 000 kits solaires vendus.
•    Au Ghana, via la co-entreprise Zegha, fondée par EDF, OGE et le partenaire industriel ghanéen CH Group. Zegha a été lancé en janvier 2018.
Dans les deux pays, le Groupe vise une part de marché d’environ 20%
Présent en Afrique depuis 50 ans, le groupe EDF a fourni à l’accès à l’électricité à plus de 500 000 personnes. Dans ce cadre, le Groupe a créé des sociétés d’électrification rurale notamment au Sénégal (ERA) et en Afrique du Sud (KES) qu’il continue d’exploiter. Précurseurs de solutions hors-réseaux, cette expérience a donné au groupe EDF une longueur d’avance et une très bonne connaissance du marché dans le développement de solutions Off-Grid.

Forts de leur succès en Côte d’Ivoire, EDF et OGE se lancent sur le marché du off-grid au Ghana

Publié le 19/01/2018

A peine un an après le lancement par EDF et Off-Grid Electric (OGE) d’une offre commune de fourniture d’électricité « hors réseau » pour le marché ivoirien, celle-ci a déjà été adoptée par plus de 10 000 foyers, permettant à environ 50 000 personnes de bénéficier d’accès à l’électricité. Forts de cette réussite, les deux entreprises, associées à un partenaire industriel ghanéen CH Group, lancent aujourd’hui une nouvelle offre de kits solaires off-grid destinés au marché du Ghana, portée par la co-entreprise dédiée : ZEGHA. Cette offre conforte l’off-grid comme axe majeur du développement d’EDF en Afrique.

Avec 600 millions d’Africains sans accès à l’électricité, l’offre off-grid répond à un besoin vital, permet de substituer l’énergie solaire aux sources émettrices de CO2 (pétrole lampant, bougies, paraffine, etc.) et complète le développement des réseaux traditionnels.

ZECI : pionnier du Off-Grid en Côte d’Ivoire
ZECI, la co-entreprise ivoirienne d’EDF et d’OGE, est le premier partenariat à grande échelle entre un énergéticien mondial et une start-up spécialisée dans l’électricité hors réseau. Pionnière en Côte d’Ivoire, ZECI est devenue opérationnelle en quelques semaines, permettant une commercialisation rapide des kits solaires dans les zones les moins bien desservies par les réseaux électriques. Aujourd’hui, l’entreprise est leader sur le marché ivoirien et emploie plus de 400 salariés locaux dans la vente et la maintenance des kits solaires. EDF et OGE ont l’ambition d’atteindre une part de marché de plus de 20% en Côte d’Ivoire à l’horizon 2020.

Le Ghana : un nouveau marché à fort potentiel
A l’instar de ZECI, ZEGHA pilotera l’installation et la maintenance des kits solaires à destination des foyers vivant en zone rurales et périurbaines du Ghana. Ces kits comprennent des panneaux solaires faciles à installer adossés à des batteries permettant de stocker l’électricité ainsi que des équipements basse consommation tels que radio, télévision, ventilateur, chargeur de téléphone portable et éclairage. Les kits sont commercialisés sous forme d’un contrat de location d’une durée de 24 à 30 mois au terme duquel le client en devient propriétaire. Leur entretien est assuré par ZEGHA pendant 5 ans.

La gamme de solutions vendues par ZEGHA est composée de deux kits de puissance différente. Le coût mensuel pour un ménage est compris entre 20 et 27 Euros selon le modèle, soit l’équivalent des dépenses énergétiques actuelles des ménages ghanéens pour les mêmes usages. Le paiement s’effectue par simple utilisation de téléphone portable, selon le principe « pay as you go ».

EDF, OGE et CH group visent 20 à 25% de part de marché au Ghana à l’horizon 2022. Ce développement devrait permettre la création de 1000 emplois locaux au sein ZEGHA.

EDF et OGE : un partenariat basé sur l’expérience opérationnelle
Présent en Afrique depuis 50 ans au travers des activités de production d’électricité et de conception de réseaux, EDF apporte sa maîtrise de toute la chaîne de valeur de l’électricité et une connaissance fine des marchés africains. OGE, start-up spécialisée dans les solutions hors réseau, a contribué à la mise au point du modèle d’affaire et apporté les solutions techniques pour les kits. Ces dernières ont été contrôlées et testées par la R&D d’EDF qui en garantit la durabilité.

Marianne Laigneau, Directeur Exécutif Groupe en charge de la Direction Internationale a déclaré : « Les 10 000 kits off-Grid vendus en Côte d’Ivoire en quelques mois sont pour nous la meilleure preuve de l’attractivité et de l’efficacité des solutions off-grid. C’est avec enthousiasme que nous entrons aujourd’hui avec OGE sur le marché du Ghana et préparons déjà de nouvelles solutions innovantes « hors réseau » pour accompagner la transition énergétique en Afrique. Le off-grid devient ainsi un axe fort de notre développement, s’inscrivant pleinement dans notre stratégie CAP2030 qui prévoit de tripler l’activité internationale du Groupe EDF hors Europe à l’horizon 2030 ».

Xavier Helgesen, co-founder and CEO, Off Grid Electric, a déclaré “ Capitalisant sur le succès de notre première co-entreprise fondée avec EDF pour la fourniture de kits solaires off-grid en Côte d’Ivoire, nous sommes heureux d’étendre ce partenariat fructueux au Ghana. Le Ghana est le quatrième pays africain, après la Tanzanie, le Rwanda et la Côte d’Ivoire, où Off Grid Electric occupe la position de leader sur son marché ».
 

EDF Pulse Africa : 3 lauréats, 3 projets d’avenir

Publié le 20/12/2017

Le 19 décembre, Jean-Bernard Levy, PDG d’EDF,  a récompensé les trois lauréats de la première édition des prix EDF Pulse Africa. Ces trois start-up, porteuses de projets d’avenir, vont participer activement au développent énergétique du continent. 
 
Le groupe EDF a récompensé hier à Paris trois start-up parmi les 97 entreprises candidates à la première édition des Prix EDF Pulse Africa. Les Prix ont été remis par Jean-Bernard Lévy, Président Directeur Général d’EDF, en présence des membres du jury. Les trois lauréats sélectionnés par le Grand Jury ont remporté les dotations allant de 5 000 euros à 15 000 euros, ainsi qu’un accompagnement facilitant un accès à l’écosystème innovation d’EDF et aux institutions financières françaises ou internationales.
 
1er prix : MAJIK WATER, projet porté par l’entrepreneuse kényane Beth Koigi. Majik Water développe des générateurs d’eau atmosphériques alimentés par des panneaux solaires pour transformer l’humidité de l’air en eau. « L’accès à l’eau potable est l’un des plus gros défis du continent. Notre solution contribue à empêcher la propagation de certaines maladies et à sauver des vies. EDF Pulse Africa nous donne l’opportunité de traverser les frontières et de développer notre projet en Afrique francophone. Nous sommes trois femmes à porter ce projet. L’entrepreneuriat féminin en Afrique doit être encouragé» déclare Beth Koigi.
 
2ème prix : LONO, une start-up ivoirienne qui transforme les déchets organiques en biogaz pour le combustible de cuisson et en biométhane pour la production d’électricité. « Confronter nos idées, partager nos méthodes et mutualiser nos connaissances a permis à chaque porteur de projet d’agrandir son champ de vision.  Les déchets organiques sont une inépuisable source d’énergie encore trop négligée en Afrique », affirme Louise Bijleveld, co-fondatrice de LONO.  
 
3ème prix : EDUAIR, projet porté par le camerounais Yann Nkengue. Ce dernier commercialise des box numériques donnant accès à tout type de contenu digital sans connexion internet. Ces boitiers sont connectés et alimentés 24h/24h et favorisent la réduction de la fracture numérique. « L’entreprenariat est une activité complexe, je suis fier de rentrer dans mon pays avec ce prix, ce qui va motiver nos équipes. C’est très gratifiant, cela nous motive notamment lorsque l’on a des difficultés de financement ou encore de visibilité », explique Yann Nkengne.
 
Le jury a décidé d’accorder un Prix spécial « coup de cœur » à Nicolas Sancy pour son projet NANOE, qui est une solution collective de production, de stockage et de distribution d’énergie solaire en local.

Marianne Laigneau, Directrice Exécutive Groupe en charge de la Direction Internationale et présidente du jury EDF Pulse Africa, a déclaré : « Les Prix EDF Pulse Africa marquent un engagement fort de la part d’EDF pour accompagner ces initiatives particulièrement inspirantes, qui contribuent aux solutions énergétiques de demain et qui s’inscrivent dans la dynamique de notre portefeuille de projets hydraulique, biomasse et off-grid en cours de développement en Afrique. Pour le groupe EDF, il s’agit également d’une opportunité pour identifier celles et ceux qui travaillent aujourd’hui aux solutions énergétiques de demain ».
 

Découvrez les 10 finalistes EDF Pulse Africa

Publié le 17/11/2017

Les meilleurs projets ont été sélectionnés par des experts internes et externes à EDF. Les finalistes passeront devant le Grand Jury le 19 décembre 2017. Pour connaître les finalistes de cette première édition, cliquez sur l'image !

Le groupe EDF entre sur le marché égyptien des énergies renouvelables

Publié le 27/10/2017

Le groupe EDF, via sa filiale EDF Energies Nouvelles, et Elsewedy Electric Group s’associent pour la conception, la construction et l’exploitation de deux centrales solaires d’une puissance totale de 100 MWAC en Egypte. Ce projet marque l’entrée du groupe EDF sur le marché égyptien des énergies renouvelables.

Situées à Assouan, dans le Sud du pays, les deux centrales feront partie d’un des plus larges complexes solaires en construction au monde - Benban Solar project - d’une puissance totale de 1,8 GWAC*. Le financement des deux centrales, conclu le 25 octobre dernier, sera porté par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) et Proparco, filiale de l’Agence française de développement, spécialisée dans les investissements dans les pays du Sud. EDF Energies Nouvelles et le groupe Elsewedy seront coactionnaires des deux installations. Un contrat de vente de l’électricité (PPA) d’une durée de 25 ans a été signé avec la société de distribution Egyptian Electricity Transmision Company (EETC). La construction des centrales solaires débutera au premier trimestre 2018, dès l’approbation par les autorités égyptiennes des dernières conditions liées au contrat de vente de l’électricité.

Le projet participe à l’ambition du groupe EDF d’atteindre une puissance installée en énergies renouvelables de 50 GW à l’horizon 2030 et illustre la stratégie internationale du Groupe d’investir dans des marchés à fort potentiel de développement. En effet, l’Egypte vise à doubler la part des renouvelables dans son mix énergétique à l’horizon 2020.

Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF a déclaré « Notre contribution à la réalisation du projet Benban Solar illustre notre position de leader de la production d’énergie bas carbone. Nous sommes fiers d’accompagner la transition énergétique en Egypte grâce à des projets renouvelables développés en partenariat avec un industriel local, en cohérence avec la stratégie CAP 2030 du groupe ».

*Le contrat porte sur une puissance installée exprimée en MWac, une unité de mesure en courant alternatif.

Lancement de « NEoT Offgrid Africa » - Plateforme d’investissement axée sur les énergies renouvelables distribuées en Afrique, en partenariat avec Meridiam et EDF

Publié le 18/09/2017

Paris, le 14 septembre 2017 – NEoT Capital annonce la signature d’un partenariat avec EDF et la société de gestion Meridiam pour le lancement de sa plateforme d’investissement « NEoT Offgrid Africa ». L’objectif est d’investir plusieurs centaines de millions d’euros sur les cinq prochaines années dans des projets d’énergies renouvelables distribuées en Afrique. Cette offre répond aux enjeux de substitution des moyens de production traditionnels et polluants (lampes à pétrole, moteurs diesel…) par des solutions propres (photovoltaïque + batteries).

Ce marché, estimé à plusieurs milliards d’euros, devient accessible grâce aux évolutions technologiques récentes, notamment autour des batteries et de la digitalisation de l’économie (en particulier la technologie de paiement par mobile). NEoT Offgrid Africa investira sur des projets s’adressant aussi bien aux foyers qu’aux entreprises (sites industriels, tours télécom, bâtiments commerciaux, hôtels, etc…). En effet :
  • - Plusieurs centaines de millions de foyers ne sont pas ou mal électrifiés en Afrique, et il est aujourd’hui économiquement viable de proposer des solutions solaires (de type kit solaire accompagné d’accessoires), payable sur plusieurs années, accessibles et attractives pour la population.
  • - Plusieurs dizaines de GW de capacité diesel sont utilisées par des entreprises en Afrique afin de produire leur propre besoin en électricité. Il est aujourd’hui compétitif de substituer une partie de cette production via la mise en place de solutions d’énergies renouvelables, notamment solaires favorisées par le fort ensoleillement sur le continent. L’intégration de batteries, de plus en plus compétitives, permet d’augmenter ces taux de substitution pour aller vers des solutions 100% renouvelables. Par ailleurs, cette substitution entraine une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre et des pollutions locales.
NEoT Offgrid Africa investira dans des projets qu’elle développera en partenariat avec des développeurs de projets ou de technologies auprès desquels elle apportera à la fois des moyens financiers mais aussi un support stratégique en lien étroit avec ses investisseurs de premier rang :
  • - EDF apportera son expertise technique, son réseau et son expérience opérationnelle de plusieurs dizaines d’années en Afrique.
  • - Meridiam apportera son réseau, sa capacité d’investissement et son expérience du développement et du financement de projets en Afrique.
NEoT Offgrid Africa sera opérationnelle avant la fin de l’année 2017, une fois les autorisations réglementaires obtenues.

« Les énergies renouvelables distribuées en Afrique ont un rôle majeur à jouer pour permettre à la fois l’électrification de millions de foyers et accélérer la transition énergétique vers des solutions renouvelables. Avec de tels partenaires, nous souhaitons à travers NEoT Offgrid Africa avoir un impact majeur sur ce marché en apportant aux développeurs de solutions technologiques et de projets tous les outils nécessaires pour industrialiser et accélérer le développement de ces solutions. » annonce Pierre Devillard, Directeur Général de NEoT Capital.

« Nous sommes très heureux de ce partenariat qui va nous permettre de nous positionner sur le développement des solutions distribuées tout en bénéficiant de toute l’expertise du Groupe EDF. Dans la ligne droite de l’ambition de Meridam en Afrique, ce nouveau projet, financé par notre fond Afrique est une fois de plus très représentatif de l’attention forte que Meridiam porte sur l’impact de ses investissements en infrastructure », a déclaré Mathieu Peller, Directeur Afrique de l’Ouest pour Meridiam.

« Le lancement de NEoT Offgrid Africa est un élément clé de notre stratégie de développement sur les énergies distribuées en Afrique. Nous allons contribuer fortement à son développement et rechercher un maximum de synergies avec nos développements opérationnels sur le terrain en Afrique, avec comme premier exemple notre société commune ZECI avec Offgrid Electric en Côte d’Ivoire. » ajoute Emmanuel Sellier, Directeur Services, Accès à l’Energie et Développement à la Direction Internationale d’EDF.

RELATIONS MEDIAS : Agence ComCorp
Marie-Caroline Saro : +33 1 58 18 32 58 / +33 6 88 84 81 74 - mcsaro@comcorp.fr

A propos de NEoT Capital
NEoT Capital (pour ‘New Energy of Things’) propose des solutions innovantes dans l’accompagnement de la transition énergétique. NEoT Capital est la première société internationale dédiée à l'investissement dans le domaine des énergies renouvelables réparties et de la mobilité électrique. Créée par plusieurs industriels internationaux, la société basée à Paris s’adresse aux marchés français et internationaux. www.neotcapital.com

À propos d’EDF
Acteur majeur de la transition énergétique, le Groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergies et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé sur l'énergie nucléaire, l’hydraulique, les énergies nouvelles renouvelables et le thermique. Le Groupe participe à la fourniture d’énergies et de services à environ 37,1 millions de clients, dont 26,2 millions en France. Il a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires consolidé de 71 milliards d’euros. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris. www.edf.com

A propos de Meridiam
Créée en 2005 par Thierry Déau, Meridiam est une société d'investissement indépendante spécialisée dans le développement, le financement et la gestion de projets d'infrastructures publiques durables sur le long terme. Son modèle repose sur la conviction que l'alignement des intérêts entre le secteur public et le secteur privé peut apporter des solutions essentielles aux besoins de la collectivité. Avec des bureaux à Paris, New York, Toronto, Luxembourg, Istanbul, Vienne, Addis-Abeba et Dakar, Meridiam gère 6 milliards d’euros d'actifs et compte plus de 60 projets en développement, construction ou exploitation à ce jour. www.meridiam.com
Haut de page